Spiritualité

Information, connaissance, vérité, jugement, souffrance.

[À TOUS LES JUGES DE LA VÉRITÉ]

INFORMATION ≠ CONNAISSANCE

Il y a une différence entre absorber de l’information et acquérir de la connaissance. L’information est importante mais la connaissance est essentielle. Lorsque vous lisez un livre par exemple, vous absorbez de l’information, mais lorsque vous vivez une expérience, vous acquérez de la connaissance. Que se passe-t-il lorsqu’on se limite à l’information ? On prend le risque de répéter une information sans avoir pu la vérifier donc sans avoir pu la comprendre avec le coeur (au delà du mental) et l’intégrer en nous grâce à l’expérience. La théorie devrait toujours être validée par l’expérience personnelle.

On a coutume de dire de celui qui accumule beaucoup d’informations qu’il est cultivé. Être cultivé n’est pour moi ni un signe de valeur, ni d’intelligence, c’est plutôt un indice évaluant très souvent le positionnement social d’un individu car tout le monde n’a pas la priorité ou le possibilité de se cultiver. Ce qui était mon cas, j’ai été la cible du mépris et je le suis encore parfois à ce niveau, voilà pourquoi ces sujets me tiennent à coeur aujourd’hui.


VÉRITÉS RELATIVES ET VÉRITÉ ABSOLUE

Pour moi, il y a donc une différence fondamentale entre l’information et la connaissance. L’un est situé au niveau du mental, quand l’autre est situé au niveau du cœur. Lorsqu’on obtient de l’information que l’on n’a pas pu vérifier, cette information devient une croyance. Par contre, lorsque l’on traverse une expérience qui ouvre davantage le cœur et la conscience, cette connaissance devient une vérité. NOTRE vérité, car il existe autant de vérités que d’êtres vivants. Et la somme de ces vérités (relatives) constitue LA Vérité (absolue). LA Vérité, cette somme de vérités, est donc impossible à définir et à figer car elle se modifie constamment en fonction des expériences. LA Vérité, à l’instar de la vie, change de forme constamment. Un grand enseignant est donc pour moi celui qui invite à se défaire des croyances et celui qui vous guide à chercher VOTRE vérité, sans vous imposer la SIENNE. Il est celui qui vous apprendra aussi à ne pas juger celles de l’autre car SA vérité est aussi réelle que la VOTRE au regard de son chemin à lui.

Je vais vous donner un exemple. Imaginez un très long wagon. Vous vous trouvez en tête de wagon et vous affirmez avec conviction qu’au-dessus de la Terre se trouve ce qu’on appelle “le soleil”. Vous enseignez par téléphone à votre ami qui se situe en queue de wagon qu’au-dessus de la Terre se trouve le soleil. Lui rétorque que vous avez tort, il affirme avec conviction qu’au-dessus de la Terre se trouve ce que l’on appelle “les nuages”. Qui a raison ? Les deux. Pendant que vous expérimentez le beau temps, votre ami expérimente la pluie à un autre endroit. C’est la vérité de votre ami à cet instant de sa vie, et la pluie est ce qu’il doit traverser dans son chemin pour évoluer. Et vous le savez car vous êtes passé par les tempêtes pour grandir et pour prendre conscience qu’il existe aussi un soleil au-dessus des nuages.


JUGEMENT ET NON-JUGEMENT

Malcom X disait « Ne soyez pas pressé de condamner une personne n’agissant pas comme vous ou ne pensant pas comme vous. Il fut un temps où vous ne saviez pas ce que vous savez aujourd’hui ». Mais beaucoup de personnes dites plus “évoluées” oublient cela et se mettent à juger ceux qui n’ont pas encore réalisé et vu le tableau d’ensemble de façon plus complète, à savoir l’existence des nuages ET du soleil. C’est ce que j’appelle l’ego spirituel, celui qui rejete les autres pour leur différence. C’est comme si les classes de Terminal ne toléraient pas que les classes de CP puissent ne pas comprendre leurs cours. Et inversement, ceux qui sont encore trop jeunes ou en retard jugent ce qui et ceux qu’ils ne sont pas encore en mesure de comprendre. Nous ne sommes pas tous au même niveau, cela ne fait pas des uns des êtres supérieurs ou des autres des êtres inférieurs, il s’agit juste d’une différence d’âge et d’évolution. Celui qui se sent supérieur par sa différence “plus grand”, “plus costaud”, “plus évolué” tombe dans le piège de l’ego.

Ce que vous jugez juste de penser, de croire ou de faire est uniquement juste pour vous à cet instant de votre cheminement, mais ne l’est pas systématiquement pour un autre. Celui qui se situe derrière vous sur le chemin peut choisir de vous croire sur parole sans être en mesure de le vérifier, comme choisir de traverser cette expérience pour y croire. Le véritable enseignant, celui qui est en tête de wagon et qui enseigne à celui qui est derrière lui, n’est pas la personne qui lui dicte ce qu’est la vérité, il est celui qui lui apprend à la chercher par lui-même. Lorsque vous traversez l’épreuve de la tempête, l’enseignement est aussi celui qui vous dit que vous avez le choix entre (1) avoir foi en ce que la vie vous apporte car la tempête est la meilleure chose pour vous à cet instant pour votre évolution (c’est le choix du coeur) ou (2) se dire victime de la vie en essayant de nager à contre courant ce qui vous fait indéniablement souffrir (c’est le choix de la peur).


SAGESSE ET SOUFFRANCE

Mais lorsque nous traversons ces expériences, nous avons le choix de choisir la sagesse ou la souffrance pour grandir, de choisir la voix du cœur ou de choisir la voix de la peur engendrée par l’ego. Autre exemple : je parlais de mon respect pour les activistes écologistes mais de mon désaccord avec une partie de leur démarche qui repose sur la peur. Comme disait Satish Kumar : « Les activistes misent plutôt sur la peur…C’est une erreur. Si vous êtes motivé par la peur, vous ne connaîtrez que désillusion ». Tout ce qui est mené par la peur (donc l’égo), bien que le combat soit noble, amène à la souffrance, à des comportements anti-vie (rejet, autorité, manipulation, violation des libertés, reproches, accusations) et systématiquement à des résultats catastrophiques. L’ego se cache souvent et sournoisement derrière les pensées les plus nobles, il faut apprendre à le distinguer et ne pas s’identifier à lui. Il se manifeste lorsque vous commencez à penser que vous avez LA vérité, et lorsque vous jugez ceux qui ne pensent pas et qui ne font pas comme vous.

Ainsi, je ne suis pas tout à fait d’accord avec le terme « erreur » qu’emploie Satish. Ce n’est pas tout à fait une erreur à mon sens, car derrière la notion d’erreur il y a un jugement négatif, c’est simplement un choix : certains choisissent (inconsciemment ou dirigés par l’ego certainement) d’expérimenter les émotions de peur et de passer par la souffrance pour avoir une meilleure compréhension du monde et d’eux-même, mais ce n’est pas un chemin obligatoire. Donc ces activistes peuvent entendre les paroles de Satish et travailler pour lâcher leur peur, comme choisir d’écouter l’ego et d’expérimenter la peur. Ce que l’Homme ne veut pas apprendre par la sagesse, il l’apprendra par la souffrance disait Melkisédech.


Estelle Sovanna

Pour lire le texte sur Facebook et échanger en commentaire

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply