À PROPOS

[QUI “EST-ELLE” ? JE SUIS MOI]

 Une réflexion sur le communautarisme et la différence

Je crois que c’est un acte particulièrement courageux d’oser être soi aujourd’hui et de ne pas céder au jeu du paraître pour se faire accepter. Passer du paraitre à être, c’est oser être soi, ouvrir son cœur et laisser rayonner son authenticité. Je crois que c’est précisément ce que mon prénom m’a toujours invité à faire « Estelle : qui est-elle ? ». Je crois qu’on ne porte pas son prénom par hasard. Ma mère voulait m’appeler Audrey mais à la dernière minute je lui aurais soufflé mon prénom depuis son ventre. Je réalise que la majorité de mes initiations ont été d’oser être moi depuis toute petite.
 
Or la tendance actuelle, très bien amenée par les médias, est à la stigmatisation de la différence et aux accusations qui attaquent la réputation des communautés. Vous soutenez le veganisme, alors on vous associe aux militants qui cassent des boucheries, vous parlez de soigner au naturel alors on vous associe aux charlatans, vous êtes de confession musulmane alors on vous associe au terrorisme, vous soutenez les gilets jaunes alors on vous associe à l’antisémitisme, vous parlez de votre vision de la spiritualité, alors on vous associe aux dérives sectaires qui existent. Il est difficile d’être soi aujourd’hui sans être stigmatisé, jugé et enfermé dans des cases réductrices. Une stratégie pour faire diversion sur toutes réflexions ou courants alternatifs émergeants qui invitent à l’évolution d’un système sclérosé et à un retour à la liberté ?
 
Ne prenons pas aveuglément pour vérité celle de ceux qui accusent en agitant la peur pour mieux diviser, même si cela vient d’une source qui a toujours fait force d’autorité sur nous dans le passé (médias, “experts”, “médecins”, “scientifiques” etc.). La vérité doit TOUJOURS se chercher par soi-même et rien ne vaut l’expérience pour la trouver. Pour moi, c’est ainsi que nous retrouverons la liberté et l’autonomie.

Dans mon film préféré, Le Cercle des Poètes Disparus, le professeur M. Keating dit : « Cet exercice est pour vous illustrer le danger du conformisme, la difficulté de préserver vos convictions quoiqu’en pense les autres. Nous avons tous besoin d’être acceptés, mais soyez persuadés que vos convictions sont uniques, même si on les trouve anormales ou impopulaires, même si le troupeau dit : c’est mal ! ».

J’aime rappeler que je ne suis ni “crudivore”, ni “vegan”, ni “gilet jaune”, ni quoique ce soit. Je ne me définis d’aucun courant religion, philosophie ou spirituel, je suis juste moi et c’est suffisant. Je n’aime guère les étiquettes du mental car elles nous enferment dans des cases figées. Après avoir associé des individus à des mouvements ou des communautés, certains sautent sur l’opportunité de mettre en lumière un fait isolé jugé négatif pour ternir l’image de l’ensemble et pour se faire une opinion caricaturale. Dans chaque courant, il y a avant tout des individus, certains se comportent intelligemment, d’autres moins, et ça peu importe les cases, les appartenances et les croyances. C’est la raison pour laquelle je n’adhère pas au communautarisme. Je m’éloigne de toutes les barrières qui créént la séparation entre les êtres.
 
Actuellement (fin 2019), nous traversons une période particulière où les énergies de transformation sont fortes. Beaucoup de personnes résistent aux changements. Mais la résistance amène à la souffrance et la souffrance amène plus facilement à des comportements qui n’honorent pas la vie (accusation, rejet, violence, violation des libertés etc.), et les sentiments qui vont avec (colère, tristesse, culpabilité, rancune, déni, etc.).
 
En cette période, j’apprends particulièrement à me mettre à la place du point de vue opposé, à ne pas juger ceux qui jugent, et à accepter que d’autres ont des croyances ou des comportements différents du mien sans tomber dans le piège de les accuser en imposant ma vision de la moralité. C’est ma manière de ne pas contribuer à cette atmosphère, car nous avons le pouvoir de recevoir la peur, de la transformer tels des alchimistes et de la renvoyer en amour afin de cesser la spirale infernale. Je remercie donc ceux qui nous donnent l’opportunité de prouver qu’on a le courage et la force de se positionner, de rester sur notre axe et d’être soi sans se laisser perturber. 

Le paraitre c’est confortable, et il y a tout un tas d’obstacles pour nous empêcher d’être nous, mais j’espère que nous réaliserons que nous avons bien plus à y gagner d’oser être soi. Être soi c’est réaliser que nous sommes différents car nous sommes tous des êtres uniques et en perpétuel évolution. Je dis donc oui à l’accueil de toutes les différences qui s’harmonisent et qui s’unissent entre elles, et je dis non aux cases/étiquettes qui nous limitent dans qui nous sommes, qui nous figent dans le temps et qui nous séparent des uns des autres.

Qui sommes-nous ? Nous sommes uniques et en évolution.
Qui est-elle Estelle ? Je suis moi.

Crédit photo : Alice Vanhoye (cheffe végétale à tendance cru, naturopathe et photographe) // www.alive-by-alice.com

 

Avertissement: Les informations diffusées sur le site http://www.sovanna.fr/ sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des recommandations à caractère médical. Il ne saurait dispenser tout visiteur de la consultation d’un professionnel de santé en cas de problèmes d’origine médicale. L’auteure de ce site ne pratique à aucun titre la médecine elle-même. Il ne se substitue donc pas à des consultations, traitements ou diagnostics émanant des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires. Les informations diffusées sont basées sur des études scientifiques, mais aussi sur des expériences et recherches personnelles, ainsi le site n’exerce aucun contrôle sur la véracité et l’exhaustivité des informations fournies par celui-ci.

Droit de propriété intellectuelle : Le contenu du site, la structure générale, le logo, les dessins et tous les autres éléments composant le site ou toutes autres informations y figurant sont la propriété exclusive de htttp://www.sovanna.fr/. Hormis les photographies qui sont soit de la propriété de ce site, soit issues de banques de photos gratuites.  Le site est protégé par des droits de propriété intellectuelle qui lui sont reconnus selon les lois en vigueur. Le visiteur n’est pas autorisé à modifier et/ou à reproduire tout ou partie du site. Toutefois, la mise en place d’un lien hypertexte vers le site est possible mais ne pourra engager la responsabilité de http://sovanna.fr/. En outre, le visiteur s’engage à ne rien faire qui puisse engager la responsabilité de http://www.sovanna.fr/ envers les tiers.