Maladie Santé Témoignages

CE QUE J’AI FAIT POUR RÉPARER LES DÉGATS CAUSÉS PAR ROACCUTANE

3 octobre 2017

Avant toute chose, j’aimerais rappeler que ceci a été mon chemin personnel et qu’il ne s’agit pas d’une feuille de route qui peut s’appliquer à tout le monde de la même manière. Toutefois, je pense qu’il est important de témoigner et de partager, j’espère en cela que ce témoignage donnera des pistes à tous les victimes du Roaccutane qui souhaitent en guérir. Mais n’oubliez jamais que chacun d’entre nous est différent et qu’une approche thérapeutique doit être adaptée en fonction de divers paramètres (intolérances, génétique, niveau de toxicité, niveau d’énergie etc.). Selon moi, il n’existe pas une seule façon de guérir mais plusieurs, c’est pourquoi chaque thérapies naturelles ont légitimement leurs places : certaines seront salvatrices pour les uns comme pourront moins marcher pour d’autres et elles peuvent toutes être complémentaires.

S’il est important que chaque individu ait une approche personnalisée, je tends à penser qu’il existe toutefois une sorte de chemin commun pour retrouver la santé : ce chemin c’est le respect des lois de la Nature. L’alimentation, la respiration, le sommeil et l’élimination sont quatre lois fondamentales à bien prendre en compte et à ne pas négliger pour sa santé. Nous ne maitrisons pas la qualité de l’air que nous respirons mais nous pouvons apprendre à bien respirer par des techniques de respiration. Nous ne maitrisons pas la qualité de notre sommeil mais nous pouvons décider d’accorder du temps à notre sommeil. Mais ce sur quoi nous pouvons agir fortement est l’alimentation et l’élimination, en cherchant à s’alimenter d’aliments que nous pouvons digérer et assimiler, en aidant l’élimination par le choix d’une alimentation nettoyante et par l’aide de plantes détoxifiantes.

Je conseille toujours la chose suivante : si vous avez un doute, si les études scientifiques sont divergentes ou très pauvres sur certains domaines, essayez tout simplement de vous remettre dans le contexte de notre état d’origine, dans une nature sans civilisation, sans technologies : si vos attributs ne vous permettent pas d’attraper un gibier, le déchiqueter avec vos dents et le manger cru tel quel, c’est que cette nourriture n’est pas pour vous ; si vous n’allez pas instinctivement boire le lait d’un autre mammifère, c’est que vous n’êtes pas fait pour le digérer ou l’assimiler.

Ce que le Roaccutane a déclenché chez moi

Autre les dégats et désordres internes non perceptibles tels que décrit dans mon article Danger Roaccutane, le Roaccutane n’a pas provoqué de dépression chez moi mais j’ai noté une baisse de morale et de vitalité soudaine et inattendue. A cette époque de ma vie, j’étais très épanouie dans mon nouveau travail, très amoureuse et très active dans les activités sportives. C’est soudainement, vers la fin du traitement, au moment de partir en vacances pour deux semaines que j’ai vu une forme de mélancholie, de détachement et de baisse de tonus apparaitre sans aucunes raisons. Ma peau s’était également très affinée et était beaucoup plus sensible au soleil qu’auparavant (et pourtant j’ai la peau résistante au soleil de par mes origines cambodgiennes). Même après 2 semaines sous le soleil sicilien, une prise de sang m’alerta d’une baisse globale de mon immunité et d’une chute bien en dessous de la moyenne de ma Vitamine D. Je n’ai pas tout de suite fait le lien avec le Roaccutane. Et c’est à la rentrée des vacances, le premier mois dans une nouvelle entreprise, que mon corps a laché. Cela s’est notamment traduit par une perte totale du sommeil qui s’est fait du jour au lendemain. Après une semaine sans le moindre sommeil, je ne sentais plus mon corps mais seulement un froid glacial le long de ma colonne vertébrale. J’ai fini par me rendre aux urgences un soir où l’on m’a prescrit plusieurs médicaments qui n’ont eu aucuns effets, pour finir par la prise d’une dose (très) élevée d’antihistaminique qui permis à mon corps de “dormir”. Mais depuis ce basculement, mon corps n’a plus jamais dormi de manière naturelle pendant 1 an et demi, m’arrivant à plusieurs reprises de ne pas dormir pendant 2 semaines. J’ai été ensuite suivi par de nombreux spécialistes et hôpitaux. Cette forme d’insomnie sévère que Charles Morin, chercheur sur le sommeil depuis 30 ans, a conclu   malheureusement à vie. Mais ça j’en parlerai en détails dans un prochain article.

Vous pouvez visionner la lettre que j’ai envoyé au Dr Robert Morse lorsque je souffrais du Roaccutane et sa réponse (seconde 0:20)

Préambule

Pour comprendre mes choix thérapeutiques, j’ai suivi un raisonnement différent de celui de la médecine allopathique en m’intéressant au raisonnement de la médecine holistique. Pour cette dernière, qui prend en compte le corps dans sa globalité, on peut voir l’apparition d’une grande partie des maladies comme liée à une accumulation de déchets, que l’on qualifierait d’ « acides » (en opposition aux aliments « alcalins »), ce qui provoquerait le vieillissement et le dysfonctionnent de notre organisme.

Un aliment acide pourrait se qualifier de par sa nature non physiologique, autrement dit c’est un aliment qui n’est pas adapté à notre espèce. Par exemple, le lait de vache va être perçu par notre organisme comme un acide mais va être perçu comme alcalin pour l’organisme du petit veau ; la viande va être perçu comme un acide pour les frugivores et les herbivores mais ne le sera pas pour un carnivore. Il faut savoir que tout ce qui est perçu comme acide, notre corps va toujours tenter de l’éliminer. Ainsi, au fils des années, la toxicité de l’organisme risque d’augmenter si nous ingérons plus d’aliments de type « acide » en proportion avec ce que nos organes éliminatoires arrivent à en éliminer quotidiennement.

Notre corps étant composé de millions de cellules, lorsque le corps est toxique/acide, les cellules baignent dans un liquide empoisonné (la lymphe) et/ou carencé en nutriments et énergie (le sang). Comme dit Irène Grosjean, elles finissent alors par muter (ex : cancer), scléroser (ex : maladie auto-immunues), se déprogrammer (ex : dépressions) ou dégénérer (ex : Alzheimer). D’où l’intérêt, lorsque nous avons été intoxiqué au Roaccutane, de détoxiquer l’organisme et de lui apporter le carburant nécessaire afin de lui permettre de se régénérer.

Suppression des aliments non physiologiques

1. Les produits laitiers

La fonction du lait est d’apporter de par sa composition toute la nutrition nécessaire pour permettre à l’enfant une croissance et un développement optimal. Ce que l’on oublie, c’est que les enfants et les veaux n’ont pas la même vitesse de croissance et donc pas les mêmes besoins en hormones de croissance. Ainsi le lait de l’Homme et le lait de la vache sont donc naturellement constitués différemment (je cite la vache mais c’est pareil pour le lait de brebis, de jument etc.). Le lait de vache contenant donc beaucoup plus d’hormones de croissance et de protéines est donc difficilement digéré et assimilé par notre organisme qui n’est pas adapté pour. Ce lait devient donc formateur d’acides et de mucus qui se logent dans les voies respiratoires et autres parties du corps. Si vous avez du mal à vous débarrasser d’une sinusite, faites un test en supprimant tous les produits à base de lait animal.

2. Les proTEINES ANIMALES

Les études et les avis divergent en ce qui concerne l’apport en protéines animales. Sommes-nous faits pour manger de la viande ou non ? Certains affirment que nous sommes omnivores, d’autres soutiennent que nous descendons des grands singes et que par conséquent nous sommes frugivores. Ce que l’on constante en pratique c’est que notre anatomie n’est pas adaptée pour digérer un apport important de protéines. Les grands adeptes des régimes hyper protéinés connaissent d’importants problèmes de santé (douleurs articulaires, insuffisante rénale, problèmes cardiaques, etc.). Nous avons aussi de petits reins pour filtrer l’acide urique (que l’on retrouve beaucoup dans  la viande) contrairement aux carnivores comme les félins qui ont des reins puissants, mais aussi de longs intestins comme les primates.  Un excès d’acide urique provoque la formation de cristaux à l’origine de rhumatisme, névrites et problèmes rénaux. De plus, un consensus chez les hygiénistes considére que la protéine animale se range du côté acide et ne contient aucune énergie vivante.

3. Les produits raffinés et transformés

Il n’est pas inutile de rappeler le procédé standard d’extraction et de raffinage du sucre pour comprendre et réaliser sa nocivité. Pour simplifier ces 2 processus long et complexes, le jus extrait de la canne ou de la betterave est chauffé en présence de dioxyde de carbone, dioxyde de soufre, carbonate de calcium et hydroxyde de calcium. Le sucre est soumis à plusieurs processus d’évaporation afin que les cristaux soient séparés du liquide. Ce liquide est ensuite tamisé, puis chauffé à nouveau et y ajoute de la chaux. Après le chaulage, le liquide est porté à ébullition. Le liquide est ensuite clarifié. Le jus clair est encore chauffé à différentes températures dans des évaporateurs pour obtenir un sirop. Le sirop est ensuite chauffé dans des chaudières à cuire et devient une masse-cuite faite de cristaux de sucre et d’un liquide visqueux. Cette masse-cuite passe ensuite à la centrifugeuse afin d’obtenir les « premiers sucres » qui sont séchés dans des granulateurs à tambours. Ceci ne constitue que la procédure d’extraction ! Ensuite, le sucre est amené dans les raffineries où il subit un lavage qui produit les premiers « sucre d’affinage ». Ces sucres d’affinages sont ensuite dissous dans l’eau chaude et de lait de chaux, c’est ce que l’on appelle la clarification. Le sucre d’affinage est ensuite décoloré par des citernes remplies de « noir animal » (particules calcinées d’os de bœuf) et par des colonnes de résines. Pour finir le sucre est cristallisé dans des chaudières à cuire. La composition du sucre devient alors complètement vide de minéraux et vitamines et l’apport en calorie et hydrates de carbone devient supérieur au sucre naturel. Vous l’aurez compris, le sucre raffiné qui compose nos gâteaux, nos boissons, nos sauces et autres bonbons, est non seulement complètement vide de nutrition mais aussi toxique. Ce sucre fermente dans l’organisme et produit des composés toxiques (alcool, acide acétique, acide carbonique).

Cette illustration avec le sucre rappelle que tous les autres produits transformés et raffinés (farines et huiles raffinées, plats préparés, en conserve etc.) sont nocifs pour la santé. 

4. Les céréales et féculents

La molécule de l’amidon présent dans les céréales et féculents ne sont ni solubles dans l’eau, l’huile ou l’alcool. Ainsi lorsqu’elle circule dans notre organisme, elle circule sous forme solide inutilisable par les cellules. Elle devient très difficile à éliminer et surcharge au long terme nos organes éliminatoires. De plus les céréales et féculents que nous ingérons au quotidien sont majoritairement raffinés (farine de blé blanche qui composent les pâtes, le pain etc.), cuits (pain), transformés (céréales du petit dej) ou frits (frites) : éléments vides de nutriments vitaux. J’ai également mis à l’écart les légumes secs (lentilles, pois cassés, haricot, soja etc.), car comme dit Norman Walker “ils sont trop acidifiants pour être d’un quelconque avantage”. 

Alimentation vivante et végétale

J’ai adopté une alimentation vivante, autrement dit une alimentation remplie de vie organique, d’enzymes, de nutriments, de vitamines et minéraux. Les fruits sont les aliments les plus riches en énergie électromagnétique que l’on peut mesurer en unité angströms. L’énergie, base même de la vie, est fondamentale dans toute régénération.  Lorsque nous cuisons nos aliments, ils perdent cette énergie électromagnétique et au délà de 40° ils perdent une bonne partie des nutriments et enzymes nécessaires à la bonne alimentation des cellules, voir tout au delà de 60°. De plus, la structure d’une molécule change lorsqu’elle est exposée à la chaleur et les électrons sont altérés. Par exemple, un acide gras insaturé devient avec la chaleur un acide gras saturé. Des substances cancérigènes sont ainsi produites par la cuisson à haute température de certains aliments comme les amines aromatiques hétérocycliques et les hydrocarbures aromatiques polycycliques pour la viande, l’hydroxyméthylfurfura pour le miel etc.

Pour avoir une alimentation optimale riche, saine et énergétique, je privilégierai en résumé :

  • L’alimentation végétale non transformée
  • Les produits biologiques sans pesticides et conservateurs
  • La consommation à volonté de fruits et légumes mûrs si possible
  • Jus de légumes/fruits toujours fraichement préparés et bu dans la demi-heure qui suit
  • Consommation de probiotiques via les produits fermentés (en excluant les produits fermentés à base de produits laitiers) pour aider plus rapidement la flore intestinale à s’équilibrer
  • Consommation de noix et graines, en favorisant les graines germées qui sont des bombes de nutriments, de vitamines, d’enzymes et de minéraux. De plus, dans la graine il y a toute l’énergie de la plante.

Nettoyage au niveau cellulaire

1. LE JEUNE ET LES PURGES

Le jeune est une technique qui permet de mettre au repos son système digestif. L’énergie consacrée à la digestion est importante, lorsque vous mettez ainsi votre digestion au repos, cette énergie sera ainsi dédiée au nettoyage et à l’élimination. Comme disait Albert Mosséri « Jeûner est le moyen le plus rapide, le plus sûr, le plus efficace, et le plus économique d’éliminer les déchets fauteurs de troubles ».

Le jeune est donc très bénéfique mais il ne doit être pratiqué n’importe comment : il est déconseillé de dépasser 6 jours de jeune sans surveillance médicale. Il est conseillé d’éviter tout ce qui pourrait épuiser les forces vitales (stress, activité physique intense, déshydratation), il est donc important d’accorder un repos physique mais aussi mental. Il est également déconseillé de stopper net un jeune. Le corps étant encore en phase de détoxification, il faut faire une transition douce en passant à un « demi-jeune » comme l’appelle A. Mosséri, qui se définie par une réalimentation progressive en fruits et crudités.

Le jeune peut être fait à l’eau (on ne boit que de l’eau) ou cela peut être un jeune de fruits (on ne mange que des fruits car les fruits étant l’aliment le plus detoxifiant) ou cela peut être un jeune d’un seul fruit appelé aussi « mono diet » (la monodiet de raisin, de citron et de pastèque sont ceux que je recommande).

Pour ma part, j’ai opté pour 1 journée de jeune une fois par semaine depuis maintenant 8 mois, en me purgeant par la même occasion à l’aide d’huile de ricin ou de chlorumagène tous les 15 jours. Je romps un jeune en mangeant en premier des fruits. J’ai également fait une cure de raisin de 2 semaines en octobre 2016 et j’ai expérimenté exclusivement les fruits pendant 3 mois. Note : les purges ont été pour moi une la technique la plus efficace où j’ai noté de grands changements positifs au niveau de ma santé.

2. LE NETTOYAGE DU FOIE

Le foie a plusieurs rôles très importants : stockage des acides aminés et minéraux, conversion de l’excès de glucose en glycogène (vice versa en cas de besoin), distribution des vitamines, synthèse du cholesterol, production de bile, digestion des virus et bactéries, transformation et assimilation des hormones, production d’enzymes aidant à la détoxification de l’alcool, médicaments etc.

Le foie ayant donc pour fonction de recycler les vitamines et médicaments, il est en conséquence très impacté par le Roaccutane en recevant une dose anormalement élevée de vitamine A artificielle.

Il y a les méthodes douces à faire sur le long terme pour obtenir des résultats :

  • Cure de radis, desmodium, chardon-Marie, artichaut, romain ou pissenlit sous forme d’ampoule buvable tous les matins, de teinture et de jus frais.
  • Les lavements du colon au café vert biologique ce qui stimulent les systèmes enzymatiques du foie et provoquent l’excrétion de la bile toxique.

Il y a les méthodes plus fortes à faire 4-5 fois maximum en espaçant à chaque fois ½ mois :

  • La Cure de foie du Dr Andreas Mortiz très accessible et peu couteuse que l’on trouve facilement sur internet ou dans son livre « L’incroyable nettoyage du foie et de la vésicule biliaire ». Cette cure aide à l’expulsion des calculs biliaires de manière naturelle qui obstruent et que réduit le fonctionnement normal du foie.

3. LE DRAINAGE DES REINS

Les reins ont une fonction très importante dans le nettoyage de votre organisme. Ils jouent un rôle majeur dans la régulation du sang et de tous les autres fluides du corps. Ils aident à éliminer les déchets métaboliques et autres toxiques. Les reins sont très sensibles à l’acidité de la viande et des excitants comme le café, le thé, le cacao et les sodas.

Pour cela, j’ai acheté pendant plusieurs mois les formules de plante du Docteur Robert Morse via le site européen « Our Botannicals ». Mais pour les petits porte-monnaie, sachez que vous pouvez faire des cures de pissenlit, de prêle, de persil ou de Chanca Piedra par exemple.

Rééquilibrage des vitamines

Comme expliqué dans mon article précédent (ici), le Roaccutane est une forme de vitamine A qui cause des déséquilibres au niveau des vitamines liposolubles qui fonctionnent en synergie. Le Roaccutane agit donc comme un anti-vitamine A, D, E, et K et donc généralement les taux de ses vitamines ont toutes chuté après la prise de Roaccutane. Le meilleur serait de commencer par vérifier avec une prise de sang votre taux de vitamine D. En revanche, mesurer ses taux de vitamine E et A ne sont pas vraiment représentatifs et  l’examen de la vitamine K coûte cher et n’est pas remboursé (d’après les informations que j’ai eu du centre médical il y a 2 ans).

Au début j’ai tenté de rééquilibrer par moi-même ces vitamines en me supplémentant en vitamine D, A, K, E et en magnésium et zinc. Mais je pense que la supplémentation n’est pas une bonne idée car vous risquez de déséquilibrer les vitamines car vous ne pouvez pas mesurer les doses dont vous avez besoin chaque jour. C’est très délicat et risqué de faire de l’auto-supplémentation. Afin de remonter ses taux de vitamines sans risques, je conseille de manger des fruits et légumes frais à volonté. Un des meilleurs outils que l’on dispose aujourd’hui pour renverser naturellement les effets de la chimie et du manque de vitamines dans nos fruits et légumes modernes, est l’extracteur de jus. Dans un litre de jus frais vous consommez l’équivalent de vitamines, minéraux, enzymes et nutriments que trois repas en fruits et légumes. Et votre corps sait mieux que vous la quantité de vitamines dont il a besoin, il saura ainsi rééquilibrer tout seul ses vitamines et éliminer le surplus dont il n’a pas besoin.

Pour le zinc et le magnésium, je recommande les noix, graines (noix de pécan, cacao, amande, noix, noisette, pistache, noix de muscade) et les épinards. Si l’apport en magnésium n’est pas suffisant, je recommande exceptionnellement la prise en gélule de magnésium en association avec de la taurine par exemple et le magnésium transcutané qui est mieux assimilé que par voie orale. J’aime beaucoup l’huile sèche de magnésium Zechstein qui est une huile pure issue d’une mer souterraine au Pays-Bas.

Pour la vitamine K, tournez-vous vers les légumes verts comme le persil, le chou vert, le cresson, les feuilles de pissenlit, les épinards, les brocolis, la laitue etc..

Pour la vitamine A,  je conseille les jus de carotte frais et de manger sans restrictions des épinards, de la mangue, des abricots.

J’émets une exception concernant la supplémentation pour la vitamine D car elle n’est quasiment pas apportée par l’alimentation mais par une exposition régulière au soleil. Or en France, nous n’avons pas du soleil toute l’année. C’est pourquoi en automne/hiver je me suis supplémenté progressivement jusqu’à ce que mon taux de vitamine D soit supérieur à 40 ng/ml. Je rappelle l’importance de se supplémenter progressivement et de ne surtout pas prendre des ampoules de type UVEDOSE à 100 000UI 1x/mois. Les fortes doses ponctuelles sont très toxiques pour le foie et les études montrent que le taux de vitamine D redescend encore plus bas qu’au début du traitement plusieurs mois après l’arrêt de la supplémentation. Je conseille donc de prendre de la vitamine D3 quotidiennement, à hauteur de 5000 UI/jours. Pour ma part, je prends 10 à 15 gouttes de ZymaD quand je ne me suis pas assez exposée au soleil. Mais il vaut toujours mieux commencer progressivement, en commençant par 2000 UI, puis en augmentant progressivement sans dépasser 5000 UI/jour. Note : je ne suis pas d’accord avec les doses recommandées par l’ANSES (Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale) et autres agences de santé qui conseillent 200 UI de vitamine D3 par jour. Si les autorités visaient juste, nous n’aurions pas 80% de français présentant un déficit, et deuxièmement une exposition de 12min du corps tout entier pour un européen lui apporte aux alentours de 5 000 UI.

Vous pouvez aussi prendre soin de votre vitamine E. On en trouve naturellement dans les huiles vierges pressée à froid (germe de blé, olive, noisette, colza), l’avocat, l’amande non grillée.

Le Roaccutane épuise les niveaux de vitamine B12 également en détruisant la bonne flore intestinale. Personnellement, je n’ai pas encore élucidé la question de la vitamine B12 (les végéta*iens doivent-ils nécessairement se supplémenter en vitamine B12 ? Est-ce qu’une bonne alimentation sans protéine animale permet la synthèse de la B12 par les bactéries dans le gros intestin ?). Personnellement, je ne me suis pas supplémentée et je me porte très bien, mais cela ne signifie pas que je ne dois pas donner d’importance à cette problématique, car des troubles peuvent survenir à l’avenir.

Prendre soin de mes intestins

Une mauvaise alimentation, ou un abus des purges et autres lavements, peuvent détériorer la flore intestinale. Pour cela, j’ai introduit les légumes lacto-fermentés (voir recette de légumes lacto-fermenté), le kéfir de fruit, le kombucha riches en probiotiques et bien sûr les fruits et légumes crus riches en prébiotiques.

Prendre soin de ma santé mentale

J’ai été beaucoup aidé par mon compagnon qui m’a donné beaucoup d’énergie et d’espoir pour tenir et mener mon travail jusqu’au bout. Sans lui, je n’y serai jamais arrivé. Même si je n’en avais plus la force, ni l’envie, je me suis forcé à faire des balades en fôret, à continuer de voir les amis, à faire un peu d’exercice physique. J’ai aussi été forcé à arrêter toute activité professionnelle pendant un an pour me consacrer à retrouver la santé. J’ai aussi pratiqué la méditation en pleine conscience grâce à l’application Petit Bambou qui nous guide quotidiennement étape par étape vers une pratique régulière et non forcée de la méditation.

Les thérapies alternatives qui m'ont aidées

Je me suis également aidé de l’aromathérapie, de la phytothérapie, de la lithothérapie, de plusieurs magnétiseurs/énergéticiens, de l’hypnothérapie,  de l’acupuncture, de l’exposition au soleil, du earthgazing, de la psychanalyse. Toutes ces thérapies n’ont pas fait de miracle sur moi comme l’a fait la nutrition et la detoxification mais je pense qu’elles m’ont aidé dans cette épreuve.

Beaucoup parlent d’isothérapie pour le Roaccutane. Pourquoi pas. Toutefois, je ne pense pas qu’il faille compter sur l’isothérapie comme méthode curative. L’isothérapie consiste seulement à déloger les résidus de Roaccutane qui n’aurait pas été évacué naturellement dans le corps. Or, ce n’est pas la présence du Roaccutane en elle-même qui cause la maladie, c’est les répercussions de la prise quotidienne et à forte dose de ce produit qui détruit et déséquilibre l’organisme. Si vous voulez faire l’isothérapie, vous pouvez l’envisager mais en pensant en priorité à la nutrition et au nettoyage.

Mot de la fin

J’aimerais remercier tous les témoignages que j’ai lu notamment celui du site de Truthseekerz qui a été pour moi d’une grande aide puisque grâce à lui j’ai découvert beaucoup de thérapeutes qui m’ont apporté énormément de connaissances. J’ai cherché, appris et fait des expériences par moi-même, cela m’a permis d’évaluer ce qui a été bénéfique, ce qui l’a moins été, ou ce qui a été inutile et couteux. Il est important de s’instruire mais de ne pas s’instruire aveuglément et de garder toujours un esprit critique pour éviter de mettre sa santé en danger ou de tomber dans l’extrémisme.

Il est important également de ne pas s’instruire que dans une direction mais de lire toutes les informations même celles qui sont à l’extrême opposé. Avant d’entreprendre mon auto-guérison, j’ai d’abord donné mon entière confiance à la médecine conventionnelle, je suis passée par tous les spécialistes possibles, tous les médicaments possibles avant de me tourner vers la médecine naturelle.

J’ai également suivi les conseils de thérapeutes naturels qui n’ont pas marché sur moi mais je n’ai aucun ressentiment envers eux. Au contraire, je les remercie d’avoir partagé avec moi leur savoir, j’ai pris le meilleur d’eux et je suis sûre que leurs conseils ont fait parti de mon chemin vers la guérison. J’ai une pensée pour Thierry Casasnova qui fait l’objet régulièrement d’attaques et de mécontentement. Ne lui jettez pas la pierre pour votre échec, Thierry partage bénévolement son savoir et “sa forme de vérité”, c’est comme un guide, n’attendez pas du thérapeute qu’il vous apporte la guérison. La guérison vient de 95% du patient et de son travail, les 5% étant l’aide du thérapeute dont le travail n’est que de vous guider. Si les conseils d’un thérapeute n’a pas fonctionné sur vous, prenez le meilleur de ce que vous avez appris, passez votre chemin, et continuer votre quête ailleurs.

Rappelez-vous que vous ne pouvez pas savoir si votre échec est du soit à des mauvais conseils qu’ils soient faux ou mal adaptés à votre cas, soit à la mauvaise application de ces conseils ou soit parce que vous n’avez pas été patient et n’êtes pas allés jusqu’au bout du processus. N’oubliez pas que Thierry ou n’importe quel thérapeute ont également aidé beaucoup d’autres personnes et que leur travail représente un gros investissement en temps et en énergie. Personne n’est parfait et personne ne peut encore moins prétendre détenir la vérité. Il faut donc faire preuve de souplesse, les respecter et les remercier d’alimenter le monde de leur savoir.

Avertissement : Les informations diffusées sur le site http://sovanna.fr/ sont publiées à titre purement informatif et ne peuvent être considérées comme des recommandations à caractère médical. Il ne saurait dispenser tout visiteur de la consultation d’un professionnel de santé en cas de problèmes d’origine médicale. L’auteure de ce site ne pratique à aucun titre la médecine elle-même. Il ne se substitue donc pas à des consultations, traitements ou diagnostics émanant des professionnels de santé dûment homologués auprès des autorités sanitaires. Les informations diffusées sont basées sur des études scientifiques, mais aussi sur des expériences et recherches personnelles, ainsi le site n’exerce aucun contrôle sur la véracité et l’exhaustivité des informations fournies par celui-ci.

Droit de propriété intellectuelle : Le contenu du site, la structure générale, le logo, les photographies, les dessins et tous les autres éléments composant le site ou toutes autres informations y figurant sont la propriété exclusive de htttp://www.sovanna.fr/. Le site est protégé par des droits de propriété intellectuelle qui lui sont reconnus selon les lois en vigueur. Le visiteur n’est pas autorisé à modifier et/ou à reproduire tout ou partie du site. Toutefois, la mise en place d’un lien hypertexte vers le site est possible mais ne pourra engager la responsabilité de http://sovanna.fr/. En outre, le visiteur s’engage à ne rien faire qui puisse engager la responsabilité de http://sovanna.fr/ envers les tiers.

You Might Also Like

4 Comments

  • Reply Estelle Chapuliot 7 janvier 2018 at 9 h 35 min

    Bonjour Estelle,
    Une question quant à la purge à l’huile de ricin (que je souhaite tester depuis plusieurs mois suite à une formation en Naturopathie): quelle dose prends-tu et quelle préparation fais-tu ? (à jeun? Le soir?)
    J’ai moi-même fais 2 cures de Roaccutane (2006 et 2011)… Depuis j’ai des rechutes fréquentes de dépression et surtout un syndrome du côlon irritable qui me suit depuis 2006.
    Merci d’avance pour ta réponse.
    Estelle C.

    • Reply Sovanna 7 janvier 2018 at 13 h 26 min

      Bonjour Estelle :),

      Il existe plusieurs moyens de faire une purge à l’huile de ricin.
      Soit le matin à jeun, soit le soir en ayant préalablement arrêté de manger à 13h maximum.

      La dose dépend de ton poids mais pour une femme adulte cela tourne autour de 3 à 4 bonnes cuillères à soupe diluées dans un jus frais. En dessous de 3 cuillères, ça ne devient plus une purge mais un laxatif.

      Ensuite, il est indispensable de faire un jeun à sec afin de rendre efficace la purge. L’huile de ricin a pour fonction de décoller les colles et de nettoyer aussi la lymphe. Elle est beaucoup plus efficace en l’absence d’eau et bien entendu l’organisme se nettoiera plus efficacement si le système digestif est au repos. Le jeûne peut-être brisé à la sortie des premières selles mais généralement je conseille d’attendre 24h.

      La fréquence du nombre de purge à faire est personnelle. Pour le savoir, il faudrait faire un bilan complet et un suivi avec un naturopathe qui connait bien cette pratique.

      Concernant tes symptômes, je pense que cette purge va beaucoup t’aider car elle nettoie en profondeur l’intestin, qui est directement lié au cerveau. J’ai eu le syndrôme du colon irritable également et je n’ai plus aucun problème aujourd’hui. J’ai aussi fait une dépression liée à l’absence totale de sommeil suite au Roaccutane. Plus rien également 🙂 J’espère que ça t’encourage.

      Bravo pour tes études. On a besoin de naturopathe !

      Estelle Sovanna

  • Reply Montagnier 9 mai 2018 at 23 h 11 min

    Bonjour Estelle,
    As tu eu également une secheresse des muqueuses suite à ta prise de roaccutane?
    J’ai une sécheresse persistante de la bouche et des yeux depuis 4 ans. J’ai pris le roaccutane il y a 5 ans. Je pense que c’est lié… Penses tu que cela est réversible si je detoxifie mon organisme?
    Merci d’avance!
    Sophie.

    • Reply Sovanna 14 mai 2018 at 22 h 48 min

      Bonjour Sophie,

      Oui, j’ai eu des sécheresses mais tout est revenu dans l’ordre après. Par contre, je connais beaucoup de personnes comme toi qui ont gardé cette sécheresses après le Roaccutane. Est-ce que c’est réversible ? La réponse est un OUI ! Tout est réversible. Nettoyage et revitalisation avec patience et régularité te permettront de régénérer tes muqueuses.

      Bon courage à toi et tiens moi au courant,

      Estelle

    Leave a Reply